Sortir de sa « bulle de Filtrage »

S’il y a un concept à la mode ces temps-ci, en particulier avec le Brexit, l’élection de Trump et avec les élections à venir, c’est celui de bulle de filtrage (on parle aussi de bulle d’écho) le concept n’est pas si nouveau que ça puisqu’il a été introduit en 2011 par l’activiste Eli Pariser (que vous pouvez retrouver dans ce TED Talk )

Ce dernier désignait par là les différents moyens utilisés par les réseaux sociaux et les moteurs de recherche pour nous présenter des contenus qui nous plaisent et nous confortent dans notre « monde de pensée », et nous avertissait des risques associés.

Comme les réseaux sociaux ne peuvent pas nous présenter tout le contenu, ils s’adaptent en nous montrant ce qu’on « like » le plus, ce pour quoi nous exprimons des émotions positives, et en nous occultant les publications que nous ne regardons jamais. De même, Google, et les moteurs de recherches s’adaptent à un nombre de paramètres plus ou moins connus. Ainsi, selon le profil utilisateur, on nous montre des actualités différentes ; si vous recherchez pétrole, le résultat ne sera pas le même si vous êtes trader ou écologiste convaincu. Cela permet également de provoquer chez l’internaute plus d »émotions positives, ce qui est beaucoup plus efficace pour retenir les utilisateurs et vendre de la publicité.

Soyons franc, par contre, la « vraie » vie également, elle est également pleine de filtres. Notre milieu de naissance, notre lycée, notre contexte professionnel, tout cela nous pousse quand même à nous regrouper entre gens qui se ressemblent. Et puis, naturellement, nous avons tendance à rester proches de notre zone de confort pour différentes raisons.

Parfois parce qu’on ne s’intéresse pas aux autres et à leur mode de pensée, parfois parce qu’on ne les comprend pas. Dans les deux cas cités, on ne va pas vers cet autre qui a peut-être des réponses ou angles de vue enrichissants pour notre problème, parce qu’on ne voit pas ce que sa discipline ou sa vision peut y apporter. Parfois parce ce qu’on ne se fréquente pas ; en effet, si on se laisse porter par la vie, on a vite fait de ne se voir proposer que des rencontres très peu diversifiées. Parce que nos amis du moment sont souvent des gens qui ont partagé les mêmes études, parce que notre milieu social a favorisé certains types d’amis.

De plus, exercer un certain filtrage est nécessaire à l’heure actuelle, car nous n’avons jamais été confrontés à des volumes d’informations aussi importants qu’aujourd’hui, et nous n’avons jamais autant eu le choix qu’aujourd’hui. Ce qui me semble crucial par contre, c’est de bien se rendre compte de ces mécanismes, pour pouvoir régulièrement les dépasser, pour aller se confronter à d’autres points de vue, disciplines, milieux sociaux, cultures. Pour ne pas finir par s’enfermer dans ce que nous donnent les réseaux, telle l’IA de Microsoft Tay, devenue vulgaire et raciste en 24h. Ou telle cette expérience de plongée dans le Djihadisme via Facebook. (« Comment Facebook m’a mis sur la voie du Djihad? » )

Alors, prenons quelques résolutions, pour ceux qui voudront essayer de sortir un peu plus de cette bulle cette année :

  • Allons des projets avec des gens bien différents de nous ; cela nous donnera de beaux objectifs, cela nous fera avancer et vous apprendrez beaucoup sur vous-même et sur les autres.
  • Faisons l’effort, de nous rendre à des endroits où nous « n’avons rien à faire » , où on ne se sent pas « légitime », mais qui nous intéressent. C’est comme ça que naissent de belles rencontres, c’est comme ça qu’on voit un peu plus loin que ce que l’on connait déjà.
  • Ne croyons pas aux idées simples sur les choses ou les gens. Essayons de mettre en doute, de regarder d’un point de vue différent. Les idées trop simples nous font souvent passer à côté d’éléments importants.
  • Posons-nous la question, vraiment des filtres autour de nous. Ceux que l’on nous impose par le travail, par la technologie, mais aussi ceux que nous nous imposons nous même.
  • En ligne, essayons également de suivre un peu plus de gens avec qui nous ne sommes pas d’accord, de nous abonner à des diffuseurs de contenus sur des sujets que l’on ne maîtrise pas totalement, et aussi d’écouter plus nos réseaux sur leur différentes activités et passions. Le Web est assez large et doit rester un outil d’exploration et de découverte.

Et vous, pourquoi et comment voulez-vous sortir de votre bulle cette année? Vous avez des conseils à nous partager?

Et quelques idées de plus pour y sur site le d’Idées d’Après

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *