Passer d’ingénieur à designer

Cahier avec des croquis de design

Ces dernières années, je crois que je suis passé progressivement de la pratique de l’ingénierie à celle du design.

En effet, j’ai une formation d’ingénieur généraliste mécanique, avec une spécialité en production et logistique, et je suis passé d’ingénieur industrialisation dans l’aéronautique, à un rôle de designer en gamification.

Disclaimer ⚠️ : Le but n’est pas d’opposer ou de dire qu’une position est mieux que l’autre, mais au contraire, je trouve cela intéressant d’approfondir et de tenter d’expliquer ce qu’implique et apporte chaque posture. Et comment on peut passer de l’une à l’autre.

En effet, je parle de posture, parce que je pense qu’on n’est jamais 100 % dans l’un des deux rôles.

Et au vu de la diversité des enjeux auxquels nous faisons face, varier les postures et pratiques, c’est une bonne stratégie.

Pour commencer, je vous propose de poser quelques définitions, empirique, de ma perception des deux rôles.

Un ingénieur, c’est quelqu’un qui va traiter des problèmes complexes, en concevant des produits et des processus et en veillant à leur exécution. Il va souvent travailler sur de la « Recherche et développement », de la conception, ou la fabrication du produit, en ayant un rôle d’expertise technique.

Un designer, va explorer les facettes du problème, il va créer et innover, il va se mettre en empathie avec les utilisateurs et les usages. Il va utiliser alternativement des méthodes de divergence pour questionner  et stimuler la créativité, et des méthodes de convergence pour obtenir de la décision et du consensus.

Alors, comment on passe de l’ingénierie au design ?

Cela passe par s’interesser davantage aux publics, aux utilisateurs et aux usages avant tout. Concrètement, il s’agit d’employer des techniques d’observation, d’interrogation et d’empathie.

On ne cherche pas vraiment à comprendre le « problème » dans sa simple dimension technique, mais l’expérience du problème qu’en ont les utilisateurs.

Le design demande aussi plus d’interdisciplinarité, puisqu’il s’agit de comprendre l’expérience et les systèmes avec de nombreux angles de vue.

J’aime bien cette phrase de Lucas Marques Lima (dans cet article), qui nous dit « Le Design est une discipline d’intermédiation ».
Cela résonne en moi avec les projets qu’on a pu mener au sein d’Idées d’Après.Le Design est une discipline d’intermédiation

Clairement, je me sens aujourd’hui beaucoup plus proche de l’approche design que de l’ingénierie dans mon travail sur enjeux d’engagements. Et cela correspond probablement mieux aussi à ma curiosité et mon approche transverse des sujets.

Il faut cependant le souligner, les deux approches sont complémentaires :

Le Designer déploie les techniques de questionnement et de créativité qui permettront de bien poser les problèmes.
L’Ingénieur déploie le pragmatisme et les compétences techniques pour déployer les solutions aux problèmes.

Et là, ceux qui exercent l’un ou l’autre métier le savent, pour être bons dans ces métiers, il faut un peu emprunter à la posture de l’autre. Les ingénieurs sont parfois amenés à requestionner leur problème, et le designer de penser à la mise en œuvre précise de la solution.

Quels apprentissages de ce cheminement ?

Cette transition et cette appropriation de la posture de design m’a pris plusieurs années. Je pense qu’on gagnerait davantage, à travailler avec les outils du Design Thinking dans l’éducation.

Paradoxalement, même s’il peut paraitre comme du « simple bon sens » de faire appel à sa créativité, d’explorer un problème, et de converger vers des idées et des choix de design, c’est loin d’être évident.

Les éléments pratiques et théoriques que j’ai pu apprendre au fil des ans sont des vrais appuis solides dans mon quotidien professionnel maintenant, que j’aurai peut-être aimé découvrir plus tôt.

Vivre ce processus, dans des formats de marathons créatifs, d’ateliers, de hackathon, c’est encore la meilleure manière de comprendre ces processus, dynamiques d’équipes, méthodes et outils.

Je suis content de voir ces formats abordés dans certaines écoles et universités, d’y participer, en temps que facilitateur ou expert, pour contribuer à diffuser les approches centrées utilisateurs, avec même parfois, des publics ingénieurs.

Michael

Pour un autre article, on pourrait discuter de s’il ne faudrait pas, en formation d’ingénieur, apprendre à passer parfois de l’ingénieur au bricoleur, qui semble assez proche de nos pratiques du design : L’ingénieur, le bricoleur et l’innovateur — Paul Millier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *